Daniel Truchi, banquier français & asiatique

La Société Générale vient d’annoncer la vente de sa filiale Private Banking en Asie, créée il y a 20 ans par Daniel Truchi. Elu « meilleur banquier privé » du monde en 2009*, ce français, ancien « global CEO » de la branche Private Banking a quitté la Société Genérale fin 2012, pour s’installer à Genève. Après 20 ans en Asie et avec le statut de « résident permanent » à Singapour et Hong Kong, Daniel Truchi aurait pû rester en Asie mais c’est la Suisse et Genève qu’il a choisi pour devenir entrepreneur et lancer son multi-family office : DT & Partners. Il nous explique pourquoi…

Daniel Truchi s’est installé en plein centre de Genève avec son multi-family office DT&Partners. Auparavant, il dirigeait 2800 personnes à la Société Générale Private Banking.

Il a gardé beaucoup d’attaches en Asie. Ses ex-collaborateurs l’appellent encore « Boss ». C’est une marque de respect. « En Asie, si vous voulez réussir en affaires, il faut être très déferrent. La « face » est capitale. Et quand vous obtenez leur respect, c’est pour la vie. » Daniel Truchi a intégré tous les codes asiatiques. Cultivé et discret, ce français a fait tous les métiers de la banque avant de trouver sa vocation : la banque privée et la gestion de patrimoines familiaux.

Je suis très orienté client. Ce qui m’intéresse, c’est de connaître le client, sa famille et de construire une structure financière adaptée à ses besoins.

Ce goût de la gestion des patrimoines a fait de Daniel Truchi un véritable spécialiste des trusts. Il a notamment participé à l’écriture de la « Trust Low » de Singapour et fait parti des personnalités les plus influentes dans la gestion de fortune en Europe**. L’aventure asiatique de ce banquier hors norme, a commencé en 1985. D’abord installé aux Philippines pour le Crédit Lyonnais, il devient, en 1987 numéro deux de la banque française à Hong Kong. Il restera finalement 20 ans dans la région, dont les dix dernières années pour la Société Générale.

J’ai démarré l’activité banque privée de la Société Générale de zéro. Nous avons construit tout le réseau de Singapour à la Thaïlande, en passant par la Corée, l’Indonésie et le rachat de JP Morgan au Japon. On ouvrait presque un pays par an.

Rentable dès la première année en 1997, la division Asie-Pacifique de la Société Générale Private Banking va rapidement afficher 14 milliards de dollars (US) sous gestion. Travailleur acharné, Daniel Truchi est un banquier qui n’hésite pas à entreprendre. En 2007, le PDG de la Société Générale : Michel Bouton, lui confie les rennes de la banque privée du groupe au niveau mondial : 2800 salariés repartis dans 20 pays, il gère alors 110 milliards de dollars d’actifs. Mais la crise bancaire arrive.

De banquier au multi-family office, Daniel Truchi continue à développer son expertise dans la construction de Trusts familiaux.

A partir de 2008, l’univers de la banque s’est replié sur les contrôles et les risques. La réglementation nous rendait moins efficaces. J’ai décidé de quitter la Banque pour créer ma propre structure.

Et c’est Genève qu’il choisi pour lancer DT&Partners, fin 2012. Pourquoi ne pas être reparti en Asie ?

La Suisse est le meilleur endroit du monde pour la banque privée. Et je suis dans la configuration idéale : revenu à une petite structure, très adaptable, je connais mon métier. Je fais appel aux compétences de mes anciens collaborateurs en Asie, mes « Partners ».

Daniel Truchi est un calme passionné. Il connaît tous les outils financiers et aime les opérations complexes. Pour le compte de ses clients asiatiques et européens, il gère les actifs financiers mais pas seulement.

Nous investissons dans le vin avec de grandes collections. Quand un client souhaite boire un peu de son vin, nous lui expédions quelques caisses à Londres ou à New York. Le vin est un des meilleurs investissements financiers de ces dernières années.

Le vin mais aussi l’immobilier ou l’achat d’œuvres d’art ou de pierres précieuses, font parti de ses investissements. « New-York et Londres sont des valeurs sûres pour l’immobilier. Mais on voit en ce moment émerger des zones nouvelles comme le Portugal. ». Daniel Truchi se sent bien en Suisse mais s’inquiète pour l’Europe, dont il ne voit pas la sortie de crise. Il retourne régulièrement en Asie où il revoit ses anciens collaborateurs.

En Asie, on est très « court terme » dans le business et la rentabilité, mais dans les relations d’affaires comme personnelles, c’est la pérennité que l’on recherche… ajoute Daniel Truchi. Visiblement, il a trouvé les deux !

* Prix décerné chaque année par le magazine anglo-saxon « The Private Banker ».

** “The Most influential people” in Europe Wealth Management –2008 Dow Jones/ Financial News

“Top 100 Most influential People in European Capital Markets” 2009 Dow Jones/ Financial News.

Suisse-entrepreneurs