Détox végétale : mon expérience

Je termine cette semaine une détox, la 5ème en 3 ans. Cette fois, je suis sortie du chemin classique de la détox, j’ai choisi la flexibilité et créé ma propre détox. Je me suis quand même abonnée à un groupe sur internet avec des conseils et des recettes à suivre, une vingtaine de femmes suivaient le même programme : la détox de printemps. Cette fois, j’ai compris pourquoi d’une détox à l’autre, ou d’un régime à l’autre, on reprend tout le poids que l’on perd. J’ai compris dans mon corps l’ »effet yoyo ». Sous stress pendant la détox, le corps subit la restriction alimentaire et va ensuite stocker dès qu’il le pourra, des glucides, des lipides, en prévision d’un autre stress alimentaire à venir. Résultat : on perd, on reprend, on perd, on reprend. Mon conseil et mon expérience m’amène à recommander d’abord d’écouter son corps, ses capacités, puis de s’inspirer d’un programme de détox et l’aménager pour soi.

Jusqu’à présent, après chacune de mes détox, les bienfaits étaient réels, voire spectaculaires : regain d’énergie, perte de poids, sensation de légèreté, digestion au top. Mais au bout de 3 ou 5 mois, les vieilles habitudes alimentaires reprenaient le dessus et le poids, la lourdeur s’installaient à nouveau. Cette fois, je pense tenir plus longtemps voire même pour toujours. Pourquoi ? Parce que je n’ai pas stressé mon corps. J’y suis allée super easy, m’autorisant des écarts (champagne un soir par exemple), rectifiant facilement le lendemain. Et j’ai mangé à ma faim toute la semaine. J’ai la chance de bien connaitre mes besoins alimentaires (au prix d’erreurs parfois), j’ai écouté les grandes lignes du programme de cette détox de printemps, en les mélangeant à mes besoins personnels.

Mon menu quotidien était simple : un petit déjeuner plutôt light (mais il pourrait être plus copieux) : un petit bol de porridge avec pas mal de fruits, et 1 jus (50 cl) de légumes maison #LeBonJus ! Grande salade mêlée le midi avec  des graines, j’ai aussi parfois mangé des protéines animales (interdites dans le programme « normal ») comme 1 oeuf dur mais pas de viande rouge; ou encore protéines végétales (autorisé) comme du tofu, des algues ou des jeunes pousses. Collation l’après-midi : 1 ou 2 dattes plus des fruits… Et le soir, une soupe, (sans lactose) une autre céréale chaude et encore des légumes divers et variés. Pas de dessert, pas de sucres (que je trouve dans les fruits le reste de la journée). Je n’ai jamais eu faim et j’ai perdu 2 kilos en 10 jours. Je me sens comme les autres fois, légère, l’esprit clair.

Une détox végétale classique demande de ne manger aucunes protéines animales, aucunes graisses, aucunes céréales, aucuns laitages, ni excitants -thé, alcool-. Dans ma détox personnelle, j’ai éliminé plusieurs de ces ingrédients mais pas tous. J’ai arrêté le pain, le beurre, le fromage (je consommais ces aliments quotidiennement). J’ai aussi arrêté les laitages, (facile je n’aime pas le lait mais j’adore en revanche les yaourts) les farines raffinées (pâtes, même sans gluten, toutes les tartes). Et j’ai arrêté le sucre sous sa forme transformée : plus de gâteaux, plus de chocolat, assez simple là aussi car je ne suis naturellement pas un « bec à sucre ». Le plus difficile étonnamment a été d’éliminer le thé le matin. Thé noir que j’adore. Considéré comme un excitant au même titre que le café.

Finalement, aujourd’hui j’entame ma 3ème semaine, celle de la transition avant le retour à la « normale ». Je me sens légère sur le plan physique et psychique, et parce que je n’ai pas stressé mon corps outre mesure,  j’ai l’impression -j’espère !- que je pourrai continuer sur le même régime pendant des semaines et toute la vie !

Le Bon Jus