Miami : la mondialisation, le tourisme et l’art…

Une fresque murale de Wynwood art district à Miami, signée Lee Harnden.

Je rentre de Miami, une ville de 5,5 millions d’habitants qui depuis l’an 2000 est entrée dans une phase intense de construction artistique. Art Basel Miami a lancé le mouvement en 2002. Depuis, et en l’espace de 12 ans, des dizaines de galeries, et des quartiers entiers ont été réhabilités et vivent désormais autour de l’art.

Le quartier de Miami Design District, quartier de 18 blocks flambant neufs. Les grues et les ouvriers font toujours parti du décors.

D’où vient cette frénésie autour de l’art ? Je la vois à Miami, mais aussi à Singapour, Shanghai ou Tel Aviv… Dans l’ancien et le nouveau monde, partout, de nouveaux musées se construisent. Les montants investis dans les infrastructures artistiques et les projets collectifs se comptent en centaines de millions (de dollars, de francs…). Le mouvement est général et porté par la mondialisation. En 2013, plus d’un milliard de personnes ont voyagé dans le monde pour leur plaisir ce qui représente une augmentation de 5% du tourisme dans le monde malgré la crise. Les prévisions de l’Organisation Mondiale du Tourisme sont les mêmes pour 2014 et 2015.

Alors que fait le touriste quand il voyage et qu’il ne va pas à la plage, à Miami Beach ? Il fait du « tourisme artistique » 😉

Il va visiter les musées, les galeries d’art et les nouveaux quartiers comme le très chic Miami Design District au nord de la ville. 18 blocks de nouvelles boutiques, de rues neuves bordées de créateurs de mode (Louboutin, Dior, Hermès..) et designers d’intérieurs. Ici, tout est branché, très beau et très cher. On a du mal à imaginer que dans ces rues élégantes, régnaient les gangs et la pauvreté jusqu’en 1990.

Les magasins haut de gamme et chers de Miami Design District n’attirent pas encore la foule…

Même scénario plus au sud, avec le Wynwood art district : une zone industrielle devenue ultra branchée et artistique. Les entrepôts abritent des ateliers d’artistes et une cinquantaine de galeries d’art. Fin 2013, pendant les 6 jours d’Art basel Miami (qui se tient tous les ans début décembre), 50 000 des 70 000 professionnels et amateurs d’Art Basel ont fait le déplacement à Wynwood pour admirer les artistes, les rues et ses fresques murales. Le street art est devenu l’identité et la signature de ce quartier. Wynwoodmap.com recense tous les murs et les graffitis réalisés dans cette galerie d’art à ciel ouvert par des artistes venus du monde entier. Ce bouillon de culture a fait flamber les prix de l’immobilier du quartier et l’art attire les agents touristiques qui recense désormais ces « nouvelles destinations » dans leurs guides touristiques.

Bientôt on n’ira plus à Miami pour la plage mais pour son art. Vivement l’ouverture du Louvre d’Abu Dhabi ! Et vive la mondialisation…

Une fresque murale non datée de Shepard Fairey à Wynwood district, Miami.

Le Bon Jus