L’enquête Campbell ou The China Study : « les aliments qui tuent et ceux qui sauvent »

Fin octobre 2015, l’OMS publiait une recommandation qui a fait grand bruit : réduisez votre consommation de viande rouge car elle est probablement cancérogène, et arrêtez complètement de consommer de la viande transformée (saucisses, jambon, viandes séchées…) car elle est cancérogène sans aucun doute. Cette annonce spectaculaire, émanant de la plus grande autorité mondiale en matière de santé, est basée sur 800 études décortiquées par 22 experts venus de 10 pays. L’OMS dénonce officiellement les méfaits de la viande rouge consommée en excès, après que de nombreux scientifiques l’aient fait avant elle, comme l’américain Colin Campbell.

T.Colin-CampbellCe docteur en nutrition, en biochimie et microbiologie, s’est fait connaitre en publiant un livre avec son fils baptisé « The China Study » publié la 1ère fois en 2005 aux Etats-Unis et traduit en français sous le nom « L’enquête Campbell ». Ce livre très documenté et scientifique, démontre le lien existant entre l’alimentation et les « maladies de la prospérité » (alimentation abondante), au premier rang desquelles le cancer. Sous titré « Les aliments qui tuent et ceux qui peuvent vous sauver la vie », ce livre est un clé essentielle à la compréhension de nos problèmes alimentaires occidentaux.

Campbell raconte en détail sur 600 pages, comment il a pu expérimenter l’effet des protéines animales sur la santé des rats de laboratoire, et ce, à grande échelle. Il a mis en évidence le lien direct entre une diète protéinée et le cancer que développaient les animaux. Puis, il a réussi à monter une équipe de 4 chercheurs dont 2 chinois, éminents chercheurs dont le directeur du plus grand laboratoire de recherche alimentaire en Chine. Ils ont mené en Chine une étude aux 4 coins du pays, avec prises de sang sur 6500 personnes et ont dégagé 8000 associations statistiquement significatives entre les modes de vie, l’alimentation et les maladies.

Enfin, ils ont comparé leurs résultats avec ceux recueillis auprès des animaux de laboratoire. Dans les 2 populations (les animaux et les humains) les mêmes causes : trop de protéines d’origine animale dans l’alimentation, provoquaient les mêmes effets : développement de maladies cardio-vasculaires et cancers.

Campbell devenu végétarien, arrive à nous convaincre et nous pousse à réviser nos modes de vie et surtout notre consommation alimentaire. Il insiste sur le fait qu’une « bonne alimentation génère la santé dans tous les domaines de l’existence » puisque « tout est interconnecté dans la vie ».

De son message, je retiens qu’il faut réintroduire massivement les végétaux dans notre alimentation quotidienne. Réduire voire éliminer les protéines animales, y compris le lait et les oeufs. Campbell écrit que « les gènes ne déterminent pas la maladie. Ils ne le sont (déterminants) que lorsqu’ils sont activés par une alimentation inappropriée ». Il rappelle qu’un cancer « déjà initié et en progression chez des animaux peut être ralenti, arrêté ou même inversé par une « bonne alimentation ».

Je conseille fortement de lire ce livre devenu une référence mondiale pour l’alimentation qui soigne.

A lire aussi, cet article du New York Times avec l’interview de Colin Campbell.

Enregistrer

Le Bon Jus