Patrice Bezos : un architecte au coeur de la politique à Genève

Il est l’architecte qui a construit le plus de bureaux à Genève. Elevé « à la Pagnol » par ses grands parents à Nice, Patrice Bezos a choisi de vivre à Genève. Il y a construit 3000 logements et des bureaux dont Confédération Centre et de nombreux sièges d’entreprises…

« L’autre jour, un client m’a dit : toi, tu es positionné dans le système ! Il dit cela car je préside des associations (Association Genevoise d’Architectes, Commission d’Architecture du Canton de Genève), je siège dans des comités, je conseille des organismes, et j’ai des contacts réguliers avec les politiques. » Côté urbanisme à Genève, Patrice Bezos est devenu incontournable. Pourtant, rien ne prédestinait ce français du sud à jouer un rôle de premier plan dans l’immobilier Suisse.

Patrice Bezos, architecte, président de favre & guth ingénieurs et associés à Genève. Photo Frederic Laverriere.

Quand il arrive à Genève en 1975, c’est pour suivre ses copains. Gamin, il voulait être médecin, il fait deux années de médecine à Lyon, mais il trouve la ville triste et grise. « Je n’ai pas aimé Lyon, et tous mes copains étaient à Genève. Donc je suis venu continuer mes études à Genève. » Mais quand Patrice Bezos arrive, c’est trop tard. Les inscriptions pour Médecine sont closes. « Une dame du bureau à l’Uni m’a alors proposé de m’inscrire en architecture. Je me suis dit « pourquoi pas », je n’avais pas la vocation mais ça m’a beaucoup plu. »

L’étudiant Bezos se fait alors héberger par un ami dans un magnifique triplex. Ebloui, il décide de travailler chez l’architecte qui a conçu l’appartement. « J’ai contacté Mr Guth. J’avais 23 ans. Il n’avait pas de place pour moi. Je me suis accroché, j’ai fait le sitting dans son entrée, je voulais ce job ! J’ai fini par obtenir un stage de 6 mois. »

Quatre ans plus tard, à 27 ans le stagiaire devient associé du bureau favre & guth. A 31 ans, Patrice Bezos est nommé Président. Un sans faute pour le français qui a développé favre & guth des deux côtés de la frontière.

J’ai ouvert un 2ème bureau à Annecy parce qu’il y avait une demande. Mais ma base reste en Suisse. Le fonctionnement de la France me paraît exotique aujourd’hui. Je me demande toujours ce qui va être bizarre ou bordélique sur un dossier français. En Suisse, les choses sont plus claires, plus calibrées, les gens sont corrects. On ne m’a jamais proposé un franc dans une enveloppe en Suisse. Pas de rétro-commission. On a de la peine à s’imaginer ça en France, mais en Suisse c’est fréquent. C’est globalement très honnête ici. J’admire le modèle Suisse. Je n’aurais pas pu travailler chez moi sur la Côte d’Azur française.

Patrice Bezos n’est pas une star de l’architecture. C’est un laborieux acharné qui ne lâche jamais avec une formidable curiosité qui lui ont donné un réseau professionnel et personnel hors norme. Avec 37 salariés (26 en Suisse et 11 en France), et entre 80 et 100 projets à l’étude en permanence, favre & guth est un des bureaux d’architectes les plus actifs sur Genève.

L’immobilier et la politique sont deux univers très liés. Le sol est une denrée essentielle pour les politiques, ils fixent le cadre de vie des gens. Pour faire le métier d’architecte, il faut avoir des relations avec les politiques, avec les conseillers d’Etat, les hauts fonctionnaires. Avec mes fonctions au sein d’associations comme l’aga (association genevoise d’architectes) je fais du lobbying pour les intérêts de notre profession. Mais la politique est une obligation pour moi, ce n’est pas une vocation. Même si certains clients ou politiques peuvent devenir des amis.

Son téléphone sonne, c’est Mark Müller, ex-conseiller d’Etat. « Et je suis très fidèle en amitié. Cela ne m’empêche pas de trouver François Longchamp (qui remplace Müller ndlr) très bien ». Animal politique et empathique, il entre dans la relation comme en religion. Avec la foi qu’on peut tout faire à deux.

Un bon architecte est celui qui arrive à traduire l’exigence du client et de la société par rapport à un environnement. L’adaptation est fondamentale. Nous sommes des traducteurs, nous devons d’abord ressentir

Son modèle en architecture ? « Outre Mr Guth, il y a le brésilien Oscar Niemeyer. Pour son œuvre mais aussi pour sa personnalité. J’aime aussi l’architecture du portugais Eduardo Souto De Moura. Je suis associé avec des architectes stars, comme le français Dominique Perrault avec lequel on travaille sur l’aménagement du quartier de l’étang, 11 hectares sur la commune de Vernier ».

Le batiment dont il est le plus fier ?

« C’est le plus petit ! Une villa au bord du lac pour une amie, à Collonges-Bellerive tout en verre. Il n’y a que 220 m2, j’avais carte blanche. Je revendique chaque détail ».

Pacsé depuis 5 ans, homosexuel heureux, Patrice Bezos loue un appartement en ville qu’il n’a pas construit. Il réserve ses investissements à l’art contemporain qu’il collectionne et affectionne.

Enregistrer

Enregistrer

Suisse-entrepreneurs