Pourquoi la graisse abdominale est dangeureuse…

Le corps des femmes est plus gras que celui des hommes. C’est un fait : 18 à 25% du corps des femmes est composé de tissu adipeux contre 10 à 20% chez les hommes. Ce gras féminin a une fonction précise : pendant des milliers d’années, les femmes ont stocké de la graisse dans le bas de leur corps (cuisses, fesses, hanches) pour pouvoir concevoir les enfants et assurer la reproduction de l’espèce, même en cas de famine (nombreuses dans l’histoire passée). Aujourd’hui, difficile d’éliminer en quelques séances de sport ou avec un simple régime, une fonction métabolique qui date de plusieurs milliers d’années.

La bonne nouvelle mesdames : la graisse autour de nos hanches et cuisses, qui est sous-cutanée, est peut-être disgracieuse et difficile à éliminer, mais elle n’est pas dangereuse pour la santé (tant que l’on n’est pas en surpoids ou obèse). La graisse abdominale en revanche, qu’on voit surtout chez les hommes est, elle, beaucoup plus dangereuse. Dans le syndrome du « gros ventre », il s’agit de graisse viscérale, c’est à dire qu’elle entoure les viscères, les organes du ventre et elle se défait régulièrement en déversant des flux d’acides gras dans nos tissus et notre sang. Ses conséquences peuvent être multiples : maladies cardio-vasculaires, hypertension, diabète de type2…

Débarrassez-vous de votre bouée abdominale ! Pas seulement pour des raisons esthétiques mais surtout pour des raisons de santé… Pour l’avoir expérimentée moi-même, la cure de jus a un effet immédiat et fait fondre la graisse du ventre récalcitrante (beaucoup plus efficace que le sport par exemple). Le point clé est de ne pas reprendre cette graisse aussi vite qu’on l’aura chassée. Pour ne plus porter la « bouée » autour de la taille, la sortie de cure et la transition alimentaire est aussi importante que la cure de jus elle-même…

Le Bon Jus